Propositions artistiques

2011

99.9 % empty Space

29 sculptures en argile et sérigraphies, installation, jury de juin 2011, Ecav.

Cette installation constituée de 29 vases en forme de tête et de sérigraphies invite les spectateurs à sillonner dans l’espace blanc, à marcher parmi ces êtres posés à terre, à s’approcher des motifs de réseaux presque invisibles à l’oeil nu afin de les percevoir. Le nombre 99.9 représente le pourcentage de vide présent dans un atome "x". Il se réfère aussi à l’espace inoccupé de la pièce. Les objets arborent des visages dont l’unicité témoigne d’un façonnement sans autre référence que la diversité des formes qui émerge dans l’immanence des gestes, simultanément à un oubli partiel du genre des personnes ainsi portées à l’existence. Individus, pôles différents et similaires, multiples d’une infinité. La cavité creusée dans leur crâne tente de désamorcer l’antinomie entre intérieur et extérieur et, par Ie biais même du vide, de permettre une communication entre ces deux termes, un lien dans l’invisible.

Extension, mouvance, multiplicité

série de 3 dessins, encre de Chine sur fond d'aquarelle, papier tibétain, printemps 2011.

Réflexions

vidéo loops, installation, jury de janvier 2011, Ecav.

Une expérience individuelle est à la source de cette installation vidéo, 35 personnes - dont l’initiatrice du projet - se sont adonnés à une auto-observation d’ordinaire rarement entreprise ainsi. Le protocole n’est autre que se regarder soi-même durant 15 minutes, seul à seul, confronté à sa propre image, à sa propre forme, averti de la présence de la caméra placée derrière un miroir sans tain. Il en résulte de microscopiques expressions sur les visages, indéchiffrables même dans la profondeur des regards. Par la suite, un passage de 3 à 4 minutes par participant a été sélectionné afin d’obtenir des changements de portraits aléatoires au sein de l’installation. Celle-ci instaure un jeu de regards multiples, croisés, exaltant à la fois le gouffre et la proximité entre les êtres. Le dispositif tente d’esquisser des dialogues imiscés entre les individus et leur image, alors même que les mondes restent hermétiques et la pensée muette.